Comment aborder le blocus de Pâques ? | Student Life | Student.be

Comment aborder le blocus de Pâques ?

Blocus Pâques

Le blocus de Pâques approche … Est-ce le moment de bosser ou rêvasser ?

Le blocus de Pâques, on ne sait pas toujours bien comment l’aborder. Il donne lui-même l’impression d’être « hybride » : moins intensif que celui de janvier et juin, mais on se sent quand même coupable de se la couler douce. Souvent, il coïncide avec le retour des beaux jours. Alors on est tenté de se relâcher, de délaisser les syllabus pour les premiers barbecues entre potes. Mais est-ce vraiment le moment ? … Ça dépend. Différents blocus de Pâques sont envisageables, en fonction de l’avancée de ton étude.

  • Si tu as un quadri léger, avec des cours pas trop difficiles ; ou un quadri moins léger mais tu as démarré au quart de tour et pris de l’avance : tu peux peut-être t’accorder une petite pose. Prends un peu de temps pour te reposer, prendre l’air. Tu l’as bien mérité ! Malheureusement, il faut bien l’avouer, c’est assez rare de se retrouver dans ce cas-là …
  • Tu as des travaux à rendre avant la session ? C’est l’occasion de prendre de l’avance et de plancher dessus. On te le garanti : subir le stress d’une deadline à la veille des examens, c’est une situation qu’il vaut mieux éviter. Alors fini la procrastination ! Le plus dur, c’est de s’y mettre.
  •  Si tu as un « cours à pèt’» (les cours de droit constitutionnel, comptabilité, statistiques et autres), on te conseille vivement de te concentrer sur celui-là. Mettre la difficulté derrière soi, c’est aborder la session de juin avec beaucoup plus de sérénité.
  • Autre stratégie : se remettre en ordre dans tes synthèses de cours. A cette période de l’année, beaucoup de profs ont déjà parcouru la majorité de la matière. Il peut être judicieux de commencer à remettre au propre les notes que tu as pris à la volée, tout en intégrant une première fois la matière.
  • Il reste un dernier cas de figure, bien plus fréquent qu’on le pense : celui où tu n’es encore nulle part dans la matière. La solution est simple (mais pas agréable à entendre, je te l’accorde) : il faut s’y mettre, c’est le moment ou jamais ! Rien n’est encore perdu. Mais il va falloir mettre le paquet. Tu peux y arriver !

Tu l’auras compris, le blocus de Pâques, c’est un blocus pas comme les autres, parce qu’il peut être abordé de différentes manières. A toi de voir en fonction de ta situation laquelle te convient le mieux. La règle d’or : être honnête avec soi-même quant à la charge de travail qu’il reste à fournir pour réussir tous ses cours, et prévoir un blocus en conséquence. Et quoi qu’il en soit, n’oublie pas de prendre aussi du temps pour te détendre, c’est la clé pour une étude efficace. Bonne étude !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos Conditions générales et notre Politique de confidentialité