S'inspirant de l’Islande, des politiques belges veulent lancer l'idée d'un couvre-feu à minuit dans les villes étudiantes | Student Life | Student.be

S'inspirant de l’Islande, des politiques belges veulent lancer l'idée d'un couvre-feu à minuit dans les villes étudiantes

Suite à un ral-le-bol général des habitants des villes universitaires qui doivent faire face à des bruits intempestifs de jeunes étudiants émechés, une nouvelle proposition de loi vis-à-vis de la consommation d'alcool des étudiants pourrait entrer en vigueur d'ici 2019. Elle vise à "éradiquer des problèmes graves chez nos étudiants", et pourrait être appliqué à toutes les universités d'ici janvier 2019.

Une situation belge "hors de contrôle"

En Belgique, le laxisme ambiant à l’égard des drogues – douces et moins douces – commence à éprouver la population. Actuellement, plus d’un tiers des jeunes ont déjà fumé du cannabis au cours de l’année dernière. Le jeune belge moyen consomme également environ 3 à 10 verres par semaine, mais ces statistiques sont d’autant plus aberrantes lorsque seuls les étudiants sont pris en compte : un étudiant lambda consommerait alors 10 à 20 boissons en moyenne. Ces jeunes, saouls, déambulent dans les rues et dérangent les voisinages, salissent trottoirs et et remplissent les rues de verres en plastique. Une situation inquiétante qui est au centre des préoccupations d’une multitude de politiques belges, qui envisagent alors de suivre le cas islandais afin de réduire drastiquement cette consommation importante de psychotropes chez les étudiants.

Le cas islandais

En effet, dans les années 90, l’Islande est face à un problème similaire avec ses adolescents. Pourtant, en quelques années seulement, elle éradique presque entièrement les abus d’alcools et de drogues chez les adolescents au moyen d’un couvre-feu et d’autres outils de prévention. Entre 13 et 16 ans, les adolescents se voient interdits d’être dehors après 22h. La majorité passe alors de 16 à 18 ans, et il faut maintenant avoir 20 ans pour acheter de l’alcool. Drastique, certes, mais efficace : le programme a diminué les problèmes de 50% en seulement huit ans, avec une consommation de cannabis et d’alcool qui touche un point historiquement bas.

Instauré d'ici 2019

Ce programme a séduit les politiques belges, qui envisagent sérieusement d’en faire une proposition de loi. Le couvre-feu serait alors établi dans les campus étudiants des grandes villes étudiantes Belges, en commençant par des universités-test dès 2018 parmi lesquelles figureront Louvain-la-Neuve, l’Université Libre de Bruxelles, et la prestigieuse Katholiek Universiteit van Leuven. A minuit, les étudiants se verront interdits de sortie, et cela du lundi au jeudi compris. La vente d’alcool dans les night-shops à proximité des campus sera également limitée après 23h. La NVA le déclare alors comme une « solution viable pour éradiquer des problèmes graves chez nos étudiants » et qu’elle pourrait entrer en vigueur pour toutes les universités et hautes-écoles dès janvier 2019.

Marre des fake news? Alors rends-toi sur https://www.4ucampus.be/fr/ et bénéficie de réductions allant jusqu'à 80% sur la presse écrite et digitale !

 

no fake news on 4uCampus

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos Conditions générales et notre Politique de confidentialité