WakWhite : une mini-entreprise qui a le sourire | Student Life | Student.be

WakWhite : une mini-entreprise qui a le sourire

Student.be a interviewé cinq représentants de la mini-entreprise « WakWhite », issue de l'école Notre-Dame des Champs à Uccle.

Élue mini-entreprise de l'année en Belgique francophone parmi 256 mini-entreprises participantes, WakWhite se prépare aujourd'hui à s'exporter à l'occasion de la finale européenne des mini-entreprises qui se tient du 28 au 31 juillet à Berlin (Company of the Year Competition). Rencontre avec cinq jeunes motivés prouvant qu'il n'y a pas d'âge pour commencer à entreprendre.

« WakWhite : le sourire qui va vous séduire ! »

Samy, Victoria, Laurent, Virginie et Diego viennent tous les cinq de terminer leur rhéto. Au-delà des cours, leur année a été rythmée par la création et la gestion de leur mini-entreprise, WakWhite, comptabilisant 13 membres d'équipe au total.

« WakWhite est une entreprise qui a commercialisé durant toute l'année une racine, le siwak, issue de l'arbre Salvadora persica », nous explique Samy, l'administrateur délégué de WakWhite. « Cette racine permet de blanchir les dents, de renforcer les gencives et de stopper la prolifération des bactéries. C'est l'équivalent du bain de bouche et du blanchiment dentaire, sauf qu'il n'y a aucun agent chimique susceptible d'agresser l'émail des dents. »

Si le siwak est beaucoup utilisé au Moyen-Orient, il est pratiquement absent des réseaux de distribution occidentaux. Samy continue sa présentation en nous expliquant comment lui est venue l'idée d'exploiter ce produit quasiment inconnu chez nous : « Les critères requis étaient l'écologie et l'originalité, sans compter que le produit devait répondre à une problématique. Étant originaire du Maroc, je connaissais déjà le siwak. Comme cette racine répondait à tous les critères, je l'ai proposée comme produit à l'équipe... qui a tout de suite accepté ! »

Virginie, directrice commerciale, ajoute : « On a apporté un packaging supplémentaire qui accompagne le côté original de la racine : un étui en bois de hêtre (d'origine belge). Ce packaging devait être transportable et hygiénique. » De fait, l'étui en question permet de maintenir la fraîcheur de la racine tout en donnant une belle allure à l'ensemble du produit. Pour information, un bâtonnet WakWhite coûte actuellement 4,99 € pour trois semaines d'utilisation.

L'application pour trouver un job étudiant

WakWhite ou comment se démarquer des autres mini-entreprises

Grâce à son concept original et au potentiel de son produit, WakWhite a rapidement attiré l'attention d'entreprises reconnues. « Nous nous sommes retrouvés avec une dizaine de partenaires et sponsors », nous dit Samy. « C'était du jamais vu dans l'histoire des mini-entreprises. Cela impliquait de grosses sociétés comme GDF Suez, Sequoia (une grande chaîne de magasins bio, NDLA) ou encore Swatch. Ces partenariats ont contribué à renforcer notre image. »

WakWhite s'est également démarqué de ses concurrents grâce à un site internet complet et esthétique. Victoria, directrice du département communication, nous explique que le site a connu une première version avant d'être totalement remanié à l'aide d'une entreprise spécialisée dans le webdesign : dare.systems. Samy poursuit : « Dare.systems a refait intégralement notre site, l'a rendu beaucoup plus professionnel et intuitif. C'est grâce à cette société que nous avons remporté, entre autres, le prix du meilleur site internet des mini-entreprises. »

Au-delà de son objectif commercial, WakWhite a aussi une finalité sociale, comme nous l'explique Laurent, directeur du département financier : « 180 euros ont été versés à l'organisation Salus Sanguinis qui recherche des vaccins contre les cancers du sang et soutient financièrement des familles d'enfants atteints de pathologies sanguines. » Une belle initiative !

Quel futur pour WakWhite ?

L'année prochaine, les membres de WakWhite entameront pour la plupart des études supérieures (Diego, directeur technique, profitera pour sa part d'un PVT en Australie). Études d'ingénieur de gestion, en communication ou en médecine : les horizons sont variés.

Dans ces conditions, sera-t-il possible de continuer l'aventure WakWhite ? Rien n'est moins sûr. « On n'a pas encore parlé tous ensemble du futur de WakWhite étant donné qu'on est actuellement fort concentrés sur le concours à Berlin », admet Virginie. « Personnellement, je me verrais bien continuer l'aventure. Rien n'empêche de continuer avec un plus petit nombre d'entrepreneurs. »

Samy, quant à lui, est plus pragmatique : « La réelle question est la suivante : est-on réellement prêt à faire le buzz ? On n'a pas forcément deux fois une telle opportunité. Si on se lance, ce sera dans le but avoué de proposer des innovations. Le produit peut être développé : on peut changer l'étui, trouver de nouveaux partenariats, créer des dérivés à partir de la racine (dentifrice, bain de bouche...). C'est vraiment un produit à haut potentiel mais il faut être motivé et disponible à 100% pour faire le buzz et réaliser des choses énormes ! » Néanmoins, Samy sait lui aussi qu'il sera compliqué de gérer à la fois les études et l'entreprise.

Mais en ce moment, ces questions épineuses sont mises en suspens et font place à l'actualité, à savoir la finale européenne des mini-entreprises à Berlin. Toute l'équipe est à la fois enthousiaste et un petit peu intimidée face à l'ampleur de l'événement. Mais la confiance dans le produit est là et les membres de WakWhite espèrent bien rafler quelques prix supplémentaires !

Les conseils de jeunes avisés

Quels conseils donnerait l'équipe à ceux qui souhaiteraient lancer leur propre entreprise ? « Il faut le faire si on a la motivation. Autrement, on ne va pas en profiter et ça va retarder les autres membres de l'équipe », affirme Victoria.

Samy enchaîne : « Ne pas agir en fonction des autres. Suivre son idée jusqu'au bout et aller à fond, quitte à travailler trois ou quatre fois plus ! »

Finalement, Laurent a le mot de la fin : « Il faut faire preuve d'une grande persévérance, croire en son projet et bien s'entourer pour, au final, aller au bout de ses rêves. »

 

Aller au bout de ses rêves... C'est tout ce qu'on peut souhaiter à l'équipe WakWhite qui représente fièrement la Belgique en ce moment même à Berlin (aux côtés de la mini-entreprise flamande Tapalo). Qui sait, une belle surprise attend peut-être les 13 membres de l'entreprise, qui se sont tous rendus sur place !

Pour plus d'informations sur WakWhite, n'hésite pas à visiter leur site internet !

 

 

Laurent LOUIS-DE WANDELEER

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos Conditions générales et notre Politique de confidentialité